EditorialMa commune

COTE D’IVOIRE / COHESION SOCIALE: Brouille au sein de la communauté ATCHAN, les chefs des Villages Ebrié appellent à la paix

Le torchon brûle au sein de la communauté ATCHAN d’Abidjan. Entre la génération DOUGBOH qui passe le témoin à la génération TCHAGBA, la tension est vive. A l’origine, plusieurs causes dont, les problèmes de succession, les problèmes domaniaux, mais surtout l’arrestation du chef du village Ebrié AUDOIN ASSANDE avec deux de ses collaborateurs suivie des manifestations hostiles à la paix.

Face à cette situation aux allures fratricides, les chefs et notables se sont réunis. Entre autres objectifs, passer en revue les problèmes qui minent la cohésion dans leur rang, débriefer l’actualité liée aux arrestations et ébaucher des propositions et résolutions pour un retour pacifié de la communauté ATCHAN dans les meilleurs délais.

DJROGO NANGUI Sévérin, chef du village d’Anono a souligné au cours de cette rencontre son amertume. Il dénonce de ce fait les charges contre son congénère écroué à la MACA et martèle « moi j’interpelle l’Etat de Cote d’Ivoire, pour dire que on n’a pas besoin de ça. Nous traversons une période très difficile, très très sensible. D’abord y a la crise sanitaire, nous sommes dans une période pré-électorale ou le pays a besoin de la tranquillité……Le président ALASSANE n’a pas besoin de ça. Il veut plutôt de l’union de tous les fils et filles de ce pays. » Il a conclut en félicitant les collaborateurs du premier ministre, en l’occurrence Monsieur DJABA DIBY Antoine, conseil du PM, pour toutes les actions déployées en vue de concilier les partis belligérants.

Les chefs et notables de la génération TCHAGBA, fratrie aux commandes dans les villages Ebrié déplorent ces désagréments et en appelle aux cadres issues des rangs TCHAGBA. Il s’agit surtout de DJAMA DIBY Antoine, président du comité de réflexion pour le développement, par ailleurs conseiller auprès du premier ministre AMADOU GON COULIBALY, qui a déjà amorcé et sans relâche des négociations avec ses congénères. Empêché pour raison de santé, DJAMA DIBY Antoine  s’est fait représenté par NIANGO Evariste, qui précise ici les actions menées pour le retour à la normale.  « Je suis à cette réunion là, pour représenter monsieur le conseiller du premier ministre DJAMA DIBY Antoine…, il est un des artisans de cette rencontre. Je pu vous dire que depuis le samedi il ne dort pas, il court auprès de toutes les autorités pour trouver une solution afin que les chefs arrêtés puissent être  relaxés. Il a pris une part active à cette rencontre là. Nous la génération TCHAGBA, nous sommes une génération apaisée. Et donc il est important pour nous de pouvoir nous réunir rapidement pour prendre les décisions et de demander aux uns et aux autres de rester calme dans la gestion de cette arrestation. Nous faisons confiance aux autorités administratives et judicaires. »

Au sortir de cette assemblée générale extraordinaire, les chefs et notables ont adressé leur mea culpa aux autorités, et par la même occasion appelé le premier ministre AMADOU GON COULIBALY, lui-même admis à la génération DOUGBOH à peser de tout son poids dans ce conflit éclaté entre les fils de la même communauté.

Belle Plume
the authorBelle Plume

Laisser un commentaire

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =