EconomieEditorialEntreprise

COTE D’IVOIRE / ECHANGES COMMERCIAUX : Les résultats de l’Etude sur les Risques et Opportunités de l’APEI présentés

La Convention de la société civile ivoirienne CSCI, coalition organisationnelle ivoirienne créée en janvier 2006 a présenté les résultats d’une étude sur les risques et opportunités de l’APEI, Accord de Partenariat Economique Intérimaire entre la Côte d’Ivoire et l’Union Européenne le Vendredi 19 Novembre 2021.

L’APEI, Accord de Partenariat Economique Intermédiaire est un accord réciproque de libre échange entre la COTE D’IVOIRE et l’Union Européenne. C’est une clause qui prévoit entre autre la suppression des droits de douane des produits ivoiriens sur le marché européen (100% du marché immédiatement), la suppression progressive des droits de douane des produits européens sur le marché ivoirien (80% sur 15ans) et une assistance de l’UE à la Côte d’Ivoire sur le plan économique (industrialisation, renforcement des douanes etc.).Cet accord a récemment fais l’objet d’une étude rendu public ce vendredi à Abidjan. Face aux représentants de l’Union Européenne, des ministères en charge du commerce, des membres de la société civile et des hommes de médias, la cheffe projet de la CSCI, convention de la société civile a défini les principaux axes de cette étude. Il s’agit entre autres de  son objectif, des personnes physiques ou morales ciblées par cette étude. L’idée de cette étude , selon Alida TANO, cheffe projet à CSCI, est de montrer aux entreprises ivoiriennes les opportunités du marché international qui s’ouvre à eux.

« les opportunités c’est que  on peut exporter tous les produits ivoiriens sans tarif douanier, les risques auxquels nous sommes confrontés, c’est la concurrence des produits européens qui peuvent venir. Eux ils ont la technologie, c’est sur que les produits importés vont facilement arriver sur le territoire ivoirien, mais vont concurrencer nos produits car sont généralement des produits de bonnes qualités. Et comme, ils sont manufacturés en grand nombre ils seront à prix bas. Il faut donc que nos PME se mettent à niveau afin de réduire les effets de la concurrence. »

A la suite de la présentation de ces résultats, des recommandations ont été faites à l’endroit de l’Etat ivoirien, à l’union européenne mais aussi à l’ensemble des acteurs de la société civile. Il s’agit notamment pour la COTE D’IVOIRE de mobiliser tous les acteurs nationaux autour de la clause relative à la protection des industries naissantes sur l’ensemble des filières, dégager le ministère en ligne de mire des initiatives sectorielles en verticale en faveur du secteur privé dans la chaîne des valeurs globale afin de mieux défendre les intèrèts des industriels, se préparer à la prise de mesures de sauvegarde en faveur des industries ivoiriennes…….En ce qui concerne l’Union Européenne, son représentant en COTE D’IVOIRE, Stéphane BROSSARD, déclare savoir ce qui leur revient à faire.

Belle Plume
the authorBelle Plume

Laisser un commentaire

Résoudre : *
5 + 25 =