Bourse (BRVM et BMPA)EconomieEditorial

UEMOA / BOURSES : LA BRVM RESILIENTE MALGRE LA CRISE SANITAIRE DUE A LA COVID19

La survenance et la propagation rapide de la COVID 19 a engendré des bouleversements tant au niveau des secteurs de l’économie du monde qu’au niveau du secteur boursier. Malgré, ses affres, la pandémie n’a pu écroulé les bourses.

Elles ont rapidement trouvé des stratégies pour préserver l’activité boursière. Comme en Côte d’Ivoire, la BRVM a pris trois grandes mesures drastiques. Il s’agit de mesures sanitaires, mesures opérationnelles et mesures réglementaires. Face au caractère inédit de la crise en raison de son origine et de son étendue, il a indiqué que de façon générale, les bourses ont adopté des mesures qui visaient trois  objectifs majeurs, notamment : assurer la sécurité et protéger la santé de leurs employés ; maintenir la confiance des émetteurs et des investisseurs dans les marchés de capitaux, et continuer de jouer leur rôle de baromètre de l’économie. Les Bourses sont donc restées ouvertes, faisant ainsi preuve de résilience, s’est-il satisfait.

Sur l’évolution des bourses, il note que les bourses mondiales ont été mises à rude épreuve quant à leur capacité à digérer l’information qui est diffusée et à refléter la vraie valeur des titres cotés. Les progressions observées, depuis le début de l’année, montrent que l’ampleur des variations à la hausse est plus faible que celle des variations à la baisse.  Pour lui, la crise n’a pas donné un coup d’arrêt aux bourses ; des évolutions positives sur des indicateurs de marché ont été enregistrées, notamment avec les valeurs et les volumes des transactions, les levées de ressources, les introductions en bourse et l’évolution du marché obligataire.

Concernant l’Impact économique et financier de la pandémie, toutes les prévisions convergent vers une récession de l’économie mondiale du fait des mesures d’endiguement (mesures de quarantaine, confinement, fermeture d’entreprises, interdictions de voyage, fermeture des frontières, modification des horaires de travail, etc.) qu’il a fallu prendre. Mais elle est prévue être de courte durée car dès 2021, toutes les régions du monde retrouveront une croissance positive. On n’est donc pas en face d’une situation de dépression économique pouvant s’étaler sur un cycle. Dr EDOH COSSI AMENOUNVE a concernant l’avenir des marchés de capitaux après la crise, plaidé pour l’émergence d’un nouvel ordre mondial post-COVID 19, y compris au niveau du système financier et des marchés de capitaux. Ce nouvel ordre financier mondial serait lié à un modèle économique qui viserait à renforcer les solidarités sociales et développerait la « valeur ajoutée sociale », à partir d’engagements inclusifs.

Belle Plume
the authorBelle Plume

Laisser un commentaire

Résoudre : *
8 + 28 =